La Baleine

 

La planète a deux poumons essentiels, l’un vert, l’autre bleu : Les forêts et l’océan.

La Baleine est une œuvre engagée dans la sensibilisation à la problématique de l’eau, dont la qualité s’est dramatiquement dégradée ces dernières années.

Pollution des cours d’eau douce et des nappes phréatiques qui se jettent dans les mers et océans, eux même malades des conséquences de la société de surconsommation.

La Baleine comme porte parole emblématique d’une biodiversité à protéger car elle est essentielle dans l’écosystème global.

La réalisation de cette œuvre est une collaboration de savoir-faire et d’engagement collectif de Messieurs Jean-Charles Giroud, Martial Vignot et des apprentis charpentiers de l’Institut des Compagnons du Tour de France de Mouchard ainsi que David Monmarché, vannier à Commenailles.

 

 

 

http://lesechellesperchoirs.org

 

Cette installation artistique de Corinne Forsans a pour but de servir de perchoirs aux prédateurs naturels du campagnol terrestre (buses, milan royal, chouettes…) .Véritable fléau dans l’agriculture laitière de Franche-Comté, il provoque des dégâts couteux, des risques sanitaires et des dommages sur la faune sauvage par la pratique d’une lutte chimique (utilisation de la Bromadiolone).


En effet, depuis 30 ans, on observe un problème de pullulations des campagnols.
Plusieurs campagnes d’action ont été soutenues financièrement par différents partenaires (Europe, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Commissariat du Massif du Jura, Conseil Régional et Conseil Général…), et engagées dans le cadre d’une recherche-action prônant l’étude globale des processus et la recherche de solutions durables. L’identification des facteurs responsables des pullulations a précédé puis accompagné la mise en place de moyens de lutte raisonnée.
Le mécanisme de pullulation étant par nature plurifactoriel, sa connaissance a nécessité de combiner des disciplines relevant de l’agronomie, de l’écologie, des sciences de gestion voire de la sociologie et de l’anthropologie dans une approche globale. (source : Campagnols.fr)


Les échelles perchoirs sont une rencontre entre un désir d’expression artistique engagée dans une utilité écologique et des agriculteurs autant responsables que sensibles à leur environnement de travail et de vie.
De par leur proportion, elles sont un véritable trompe l’œil dans la perspective du paysage : suffisamment intégrées au milieu naturel pour ne pas effrayer les rapaces sans être anecdotiques pour se faire remarquer par les promeneurs.
Une proposition incongrue pour interpeler sur la problématique, une œuvre de Land Art créée pour sensibiliser à la préservation des espèces remarquables et à la biodiversité de notre région.


L’œuvre est visible sur la commune d’Aubonne (25520) au lieu-dit la Morelle le long de la RN 57.
Accompagné dans sa conception par un expert scientifique (la FREDON : Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles), les échelles ont été réalisées par le centre Afpa de Lons-le-Saunier dans le cadre d’une formation tenon/mortaise. L’implantation et le terrassement ont été effectués par l’entreprise Campenon Bernard (filiale groupe Vinci construction). Les actions de sensibilisation sont soutenues par le Conseil Général du Doubs.


Cette installation est un véritable laboratoire de collaboration entre l’art, l’agriculture, l’environnement, des entreprises, des associations et l’institution, qui ont contribué ensemble à son élaboration et sa mise en place.

Une série de photographies a été réalisée par Antonio Catarino. Elle permet un travail de sensibilisation et de médiation.Ces photos ont été exposées à diverses occasions : journées du Patrimoine à la Saline royale d’Arc-et-Senans, journée anniversaire autour de Pasteur, Back to the trees en forêt de Chaux…